Xavier Roseren fait le point sur la situation dans la vallée de l’Arve lors des Journées Nationales de la Qualité de l’Air 

« Alors que la qualité de l’air est toujours un sujet de santé publique sur notre territoire, il faut se féliciter des progrès attestés par les mesures qui montrent une diminution de plus de 30 % des concentrations de particules et de dioxyde d’azote. Ces progrès sont à mettre au crédit de tous les acteurs et de leur capacité à travailler ensemble, ils montrent l’efficacité de l’intelligence collective. Nous devons mutualiser nos actions pour faire front uni face à un problème qui nous concerne tous. Nous devons travailler main dans la main avec les différents présidents de communautés de communes : je pense à Jean-Marc Peillex pour le Pays du Mont-Blanc, Éric Fournier pour la vallée de Chamonix et Jean-Philippe Mas pour Cluses Arve et Montagnes » 

Le Plan de Protection de l’Atmosphère n° 2 (PPA2) prendra fin en 2022 et devrait permettre de réduire ces concentrations de plus de 50 %. À partir du 1er janvier 2022 toute utilisation de chauffage à bois à foyer ouvert sera proscrite dans la vallée par arrêté préfectoral.

Le Conseil d’État a d’ailleurs relevé en juillet dernier que sur les 9 zones de dépassement des seuils de pollution en France, seule la vallée de l’Arve « comporte des mesures précises, détaillées et crédibles pour réduire la pollution de l’air et assure un respect des valeurs limites d’ici 2022 », d’après le rapport de l’institution publique.

« Ces améliorations doivent nous inciter à poursuivre nos efforts sur l’ensemble des secteurs émetteurs tels que le chauffage individuel, le transport routier et l’industrie. Nous bénéficierons également du Plan de relance dont une part significative est fléchée sur la transition énergétique et comporte des actions en faveur de la qualité de l’air : rénovation énergétique des bâtiments, soutien au secteur ferroviaire, décarbonation de l’industrie », précise Xavier Roseren.

Facebook
Twitter
YouTube
YouTube
LinkedIn
Instagram