Ce mardi 10 janvier, notre Première ministre Elisabeth Borne a présenté le texte très attendu du Gouvernement qui vise à réformer notre système de retraites. Retrouvez ci-dessous les grandes lignes de cet projet de loi avant son examen au Parlement.

Un équilibre indispensable à la pérennité du système
  • Alors que l’on comptait 3 cotisants pour 1 retraité en 1970, il n’y en a aujourd’hui plus que 1,7. Sans cette réforme notre système accumulerait :
    – 10,7 Md€ de déficit en 2025,
    – 21,2 Md€ en 2035
    – 49,3 Md€ en 2050.
  • Cette réforme est indispensable pour ne pas faire payer cette dette aux générations futures ni baisser le niveau des pensions.
  • Nous relevons progressivement l’âge de départ à la retraite à compter du 1er septembre 2023 à raison de 3 mois par année de naissance, pour atteindre la cible de 64 ans en 2030.
  • Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, il faudra avoir travaillé 43 ans, c’est la durée votée dans la loi Touraine de 2014.
  • Chaque euro cotisé en plus servira à financer nos retraites et rien d’autre.

Un projet de justice pour les personnes aux carrières longues et difficiles
  • Les carrières longues et même très longues seront prises en compte :- Une personne ayant commencé à travailler entre 16 et 18 ans partira par exemple à 60 ans.
    – Une personne ayant commencé à travailler entre 18 et 20 ans partira à partir de 62 ans.
  • Cette réforme actera l’extinction des principaux régimes spéciaux (RATP, industries électriques et gazières, Banque de France, clercs de notaires et membres du CESE).
  • Dans la fonction publique, l’âge d’ouverture des droits sera relevé progressivement de deux ans comme dans le privé. Les modalités de calcul de la retraite et l’existence de catégories actives ne changeront pas.

    Les personnes en situation d’invalidité pourront partir à 62 ans à taux plein, et les travailleurs handicapés à compter de 55 ans.

Un projet de progrès pour une société du travail
  • Nous revalorisons la retraite minimale pour ceux qui ont des carrières complètes : elle sera à 85% du SMIC. Elle concerne les futurs retraités et les retraités actuels.
  • Les périodes de congé parental seront prises en compte dans le dispositif carrières longues ainsi que le calcul du minimum de pension pour les carrières complètes.Les aidants familiaux bénéficieront de validation de trimestres.
  • Un compte épargne-temps universel sera mis en place pour permettre d’aménager son temps de travail tout au long de sa carrière.

Plus d’informations sur ce projet de loi en cliquant ici :

Vous souhaitez en discuter ? Contactez-moi :

 

2 + 4 =