Les deux députés sont allés porter la voix du monde pastoral auprès du ministère de la Transition écologique ce mercredi 7 juillet  

🎯 L’objectif : mieux lutter contre la prédation du loup dans nos alpages.

➡️ A l’écoute des éleveurs, de leur grande fatigue et inquiétude, Véronique Riotton et Xavier Roseren ont porté ces demandes :

  • 1️⃣ Intégrer de nouveaux paramètres dans la méthode de comptage des loups
  • 2️⃣ Doter les chasseurs de caméras thermiques dans leur mission de renfort de l’OFB
  • 3️⃣ Autoriser des tirs de défense plus tôt dans la saison pour une régulation plus efficace (dans la limite du nombre de prélèvements autorisés)
  • 4️⃣ Rendre possibles, sous des conditions encadrées, les tirs de défense dans les Réserves Naturelles (seuls les tirs d’effarouchement, qui ne suffisent pas à éloigner les loups, sont aujourd’hui autorisés)
  • 5️⃣ Modifier le cadre européen de la convention de Berne protégeant la faune sauvage pour assouplir la protection de l’espèce « loup » qui n’est plus, aujourd’hui, menacée d’extinction.

✅ Le conseiller de la ministre Barbara Pompili s’est engagé à ouvrir la discussion avec le préfet Jean-Paul Célet sur ces sujets et sur le fait de renouer le dialogue et assouplir les négociations avec les acteurs.

🗣️ Sans remettre en question la préservation de l’espèce en France, il s’agit aujourd’hui d’assurer un équilibre : « La viabilité de l’espèce n’est pas en jeu, elle est garantie. En revanche nos bergers souffrent et nos chasseurs qui sont prêts à venir en renfort des services de l’État pour assurer une régulation de la population de loups, sont mal dotés », ont-ils plaidé.

🧐 Véronique Riotton et Xavier Roseren restent vigilants, engagés et à votre disposition sur cet enjeux important pour l’écosystème de nos alpages ! 

Facebook
Twitter
YouTube
YouTube
LinkedIn
Instagram