L’occasion de rendre hommage à ce métier particulier

« J’ai beaucoup d’admiration pour les guides et accompagnateurs qui pratiquent un métier qui véhicule des valeurs très fortes : volonté, dépassement de soi, cohésion, adaptabilité… toujours dans le respect de l’environnement dans lequel ils évoluent.

Finalement, sur cette planète, nous sommes tous solidaires d’une seule et même cordée. La négligence d’une poignée d’individus à Wuhan peut faire dévisser l’ensemble de l’humanité.

La manière de produire, de marchander, de consommer de quelques-uns peut impacter la terre entière, toutes espèces confondues.

Tous liés par une corde invisible, nous portons des responsabilités vis-à-vis de nous-mêmes, mais également des autres.

Les guides nous montrent la voie, car ils font face plus que quiconque à ces problématiques. Pour eux, s’adapter au changement climatique n’est pas un concept flou, éloigné, mais il s’agit de leur quotidien. S’adapter aux crises de manière générale, qu’elles soient météorologiques, dues à un accident, etc. est une éventualité à laquelle les guides doivent être préparés.

Mais pourquoi prendre le risque de se mettre en danger, quand la facilité serait de rester confortablement chez soi ?

Pour toutes les vertus que je citais précédemment : la volonté de gravir son sommet intérieur, le désir de se confronter à des problèmes élémentaires et sérieux, l’appel du vide, la chaleur de deux compagnons de cordée autour du réchaud.

Je terminerai avec cette très belle citation de Saint-Exupéry qui s’applique parfaitement au métier de guide :

« La grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes ; il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines. »

Nous traversons une crise qui s’éternise, mais il ne faut jamais l’oublier. Cet événement est là pour nous le rappeler chaque année.

Toutes mes félicitations aux nouveaux médaillés et bonne fête des guides à toutes et à tous ! »

Xavier Roseren

Facebook
Twitter
YouTube
YouTube
LinkedIn
Instagram