La relance dans le département de la Haute-Savoie se poursuit et s’amplifie. Au-delà des aides publiques pour sauvegarder les entreprises et continuer à faire face, l’État accompagne également toutes les sociétés innovantes qui ont à cœur d’utiliser les appels à projets. Les subventions susceptibles d’être accordées peuvent aller jusqu’à jusqu’à 800 000 euros. La Commission européenne du dispositif d’indemnisation des exploitants de remontées mécaniques a permis aux premiers fonds d’être versés. Les sommes, ainsi versées, parfois très importantes, vont permettre à toute une filière de pouvoir envisager plus sereinement l’avenir. L’avenir, c’est aussi le plan montagne annoncé par le gouvernement. C’est surtout concrètement l’occasion de repenser la manière dont toute une filière s’est structurée pour assurer sa survie et doit maintenant faire face à l’après-crise : comment l’accès aux stations de ski peut-il être moins énergivore ? Comment faire en sorte que les résidences de tourisme puissent être mieux isolées et plus utilisées, au-delà des mois d’hiver ? Comment diversifier l’offre d’activité pour attirer de nouveaux consommateurs ? L’État est là pour accompagner l’ensemble des acteurs impliqués afin de relever ces défis. Le département montre sa résilience, qu’il était prêt à relever les défis de demain. Le plan France Relance constitue l’opportunité pour cela. Le chantier est loin d’être terminé mais les premières bases solides sont déjà posées afin de concrétiser la volonté que la montagne reste un bien commun, accessible à chacun, grâce à une exploitation durable.

PLUS DE 2.676 MILLARDS D’EUROS ONT ÉTÉ MOBILISÉS AU BÉNÉFICE DU DÉPARTEMENT AU 6 AVRIL 2021.

Fonds de solidarité : 389 M€

         

         ✔ 30 148 entreprises dont :               ➢ hébergement – restauration : 148 M€

➢ commerce : 47,2 M€

Activité partielle : 321,4 M€

✔ 19 075 établissements

(6 946 nouvelles
demandes depuis janvier 2021)

Baisse des impôts de production : 112,3 M€

✔ 11 262 entreprises

Fond national pour l’emploi (FNE) formation

 

➢ 2,5 M€

 

Plan de la Vallée de l’Arve

➢ 3 M€ sur 3 ans

Report échéances fiscales 33,13 M€

✔ 1 534 aides dont :
➢ commerce : 8,5 M€
➢ industrie manufacturière : 5,8 M€
➢ construction : 4 M€

Aide aux artisans : 17,84 M€

✔ 20 343 aides dont :
➢ construction : 4,4 M€
➢ commerce : 3,4 M€
➢ hébergement / restauration : 2,3 M€

Prêt garanti par l’État (PGE) : 1 671,11 M€ (80 % pour les PME)

✔ 9 525 aides dont :
➢ commerce : 366,7 M€
➢ industrie manufacturière : 333,3 M€
➢ hébergement / restauration : 251,3 M€

Les secteurs de la montagne dans le contexte de fermeture des remontées mécaniques dans les stations de sport d’hiver rencontrent des difficultés économiques importantes et font face à des inquiétudes croissantes dans le département. Les exploitants des remontées mécaniques au nombre de 45 en Haute-Savoie ont assuré avec responsabilisation la sécurisation des domaines et des abords des stations et se
sont légitimement interrogés sur les engagements de l’État en matière d’indemnisation. C’est pourquoi le gouvernement a annoncé la mise en œuvre d’un dispositif spécifique de compensation
des pertes durant cette période de fermeture.

Il s’agit d’un dispositif exceptionnel qui concerne l’ensemble des exploitants privés ou publics indépendamment de leur statut à l’exception des syndicats professionnels.
Ce dispositif constitutif d’une aide d’État a été préalablement notifié aux institutions européennes. La Commission européenne a
donné son feu vert pour la mise en place de ce dispositif au mois de mars dernier. Opérationnel depuis le 26 mars, il vise à couvrir les charges fixes à hauteur de 49%
du chiffre d’affaires annuel, en incluant les missions de sécurisation des domaines
skiables. Il est ouvert aux exploitants publics ou privés des remontées mécaniques créés avant le 1er novembre
2020 qui ont fait l’objet d’une interdiction d’accueil du public.

Si la demande d’aide est formulée avant le 30 avril 2021, l’indemnisation s’effectuera en deux fois :

✔ un premier versement pour la période de décembre 2020 à février 2021

✔ un second à compter du mois de mai 2021, qui sera calculé en fonction de la
durée de la période de fermeture entre le 1er mars et le 31 avril 2021.

L’ENSA À BÉNÉFICIÉ DES MESURES DE FRANCE RELANCE
Témoignages

Créée en 2010, l’École nationale des sports de montagne (ENSM) est née de la volonté de fédérer l’École nationale de ski et d’alpinisme
(ENSA) et le Centre national de ski nordique et de moyenne montagne (CNSNMM).
À Chamonix, le patrimoine immobilier de l’ancienne ENSA, comprenant une tour d’hébergement de 160 lits et un important gymnase, date des années 1970/80. N’ayant pas connu de rénovation thermique depuis, ces bâtiments génèrent un bilan énergétique coûteux et dommageable pour l’environnement.
Pour engager les investissements nécessaires, l’ENSM a bénéficié d’une subvention de 2,7 millions d’euros du plan France Relance.
Elle permettra une rénovation rapide de l’isolation et des systèmes de chauffage. Au-delà de l’optimisation des coûts de fonctionnement
et de l’amélioration de l’impact environnemental, ces travaux renforceront l’attractivité de sites auprès des publics visés :
sportifs de haut niveau, associations, écoles et professionnels de la montagne.

« 🗣️ Tête Qui Parle Emoji Cette subvention d’un montant exceptionnel est très importante pour la continuité de nos activités et la rénovation de nos équipements.
Elle permet de réaffirmer la place de Chamonix comme capitale française, voire européenne, de l’alpinisme »

Manuel Brissaud, directeur général
de l’ENSA

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE

 Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

« Le plan de soutien à la montagne a été bâti main dans la main avec les acteurs ; le plan d’investissement le sera tout autant ! Notre but est clair : réparer les dégâts causés par la crise et préparer la montagne au tourisme de demain »

« L’objectif est clair : nous concertons, nous écoutons, nous échangeons avec celles et ceux qui font la montagne d’aujourd’hui. Le gouvernement est pleinement mobilisé pour faire des territoires de montagne des territoires d’avenir, résilients et durables »

JOEL GIRAUD

 

 

Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Cohésion des territoires 

Facebook
Twitter
YouTube
YouTube
LinkedIn
Instagram