Chères toutes, chers tous,

Au mois de juin dernier, les électeurs hauts-savoyards de la sixième circonscription m’ont accordé leur confiance pour représenter au mieux les Françaises et les Français dans le travail législatif.

Mon engagement est le fruit d’une puissante envie de changer les codes de notre politique: oublier les étiquettes partisanes pour ne retenir que l’intérêt général, donner une marge de manœuvre aux acteurs locaux afin de libérer les énergies, échanger avec les citoyens pour que les lois soient plus proches de leurs réalités quotidiennes.

Sur ce dernier point, et comme je m’y étais engagé lors de la campagne législative, j’ai mis en place le conseil local des réformes. Ce conseil a des objectifs simples : réunir les acteurs concernés sur une thématique pour débattre et proposer des solutions concrètes. Ainsi, à deux reprises cette année, j’ai pu échanger avec les acteurs sur la qualité de l’air et également sur la future loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transmission des entreprises).

Ce lien avec le territoire revêt un aspect tout particulier pour moi, ancien maire et élu local en Haute-Savoie. Par le biais de ma permanence parlementaire située à Sallanches mais également par le biais de mes déplacements au sein des communes pour rencontrer les élus locaux, je souhaite être un élu d’écoute, de proximité et de relais à l’Assemblée nationale comme dans le département. Je tiens une importance particulière à la parole portée par les acteurs locaux (élus, associations, experts, citoyens…) car c’est en échangeant le plus fréquemment possible que l’on pourra agir concrètement et efficacement sur les freins ou les problématiques qui existent aujourd’hui dans différents domaines, que l’on pourra améliorer le quotidien de chacune et de chacun.

Mon expérience de terrain m’a permis de travailler activement à l’Assemblée nationale lors de l’examen des textes. J’ai bien intégré que le mandat de député est un mandat national et que, dans ce sens, je représente la totalité des Françaises et des Français. Cependant, je tiens aussi à être le porte-parole des spécificités de notre territoire. C’est pour cette raison que j’ai interrogé le Ministre de l’Intérieur sur la situation financière des communes touristiques de montagne, que j’ai proposé des amendements relatifs au calcul de leurs dotations, que j’ai participé aux travaux portant sur la taxe de séjour, que j’ai défendu des amendements touchant au classement des stations ou encore que j’ai porté la voix des guides de haute montagne et des accompagnateurs de moyenne montagne dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Le nombre et la qualité des textes adoptés à l’Assemblée nationale depuis le mois de juin attestent de notre volonté de redonner un nouveau souffle à notre pays et ses habitants. C’est dans ce mouvement que je m’inscris et c’est cette volonté qui m’anime.

Je vous présente, à vous et vos proches, tous mes meilleurs vœux pour cette année 2018.

 

Share This