Ce jeudi soir, Daniel Anghelone, directeur-général du groupe Bontaz et le député Xavier Roseren ont échangé avec le cabinet de la ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher. L’entreprise basée à Marnaz porte une stratégie ambitieuse de diversification sur le marché du vélo à assistance électrique. 

Elle prévoit un programme d’investissement de près de 50 millions d’euros sur 5 ans avec un Tech Center de 50 nouveaux emplois dédiés à l’innovation et la R&D et environ 100 emplois dans la production. 

Le secteur du vélo électrique est en plein essor en cette sortie de crise qui paradoxalement désorganise la production et démultiplie les délais de livraisons. En effet, si les usines de montage sont en Europe, les pièces et accessoires viennent des 4 coins du globe. 

Ils ont donc présenté ce projet à Quentin Guerineau, conseiller Industrie 4.0, Europe, Territoires et Attractivité pour identifier les pistes d’accompagnement. 

Xavier Roseren félicite Daniel Anghelone et ses équipes pour ce très beau projet de relocalisation d’une industrie dédiée à la mobilité douce. Un choix judicieux pour s’affranchir en partie des donneurs d’ordre de l’automobile, un secteur qui fait face à de telles mutations qu’il met à mal les sous-traitants de la vallée. Ce projet fait également écho au vélo H3Bike des entreprises savoyardes Savoy International, M2O et Pracartis. 

« Ceux qui me connaissent savent que je suis de nature optimiste et je me réjouis de constater que grâce à la crise, « usine » et « industrie » ne sont plus des gros mots aux sous-entendus négatifs mais plutôt une solution pour sortir d’une mondialisation qui nous dépasse. Une solution pour créer de l’emploi et de la valeur ajoutée dans nos territoires et pour le pays. La relocalisation de l’industrie et de l’innovation à l’échelle de la France et de l’Europe est la solution pour renouer avec un cercle vertueux. Le plan France 2030 y contribuera fortement ! » se réjouit Xavier Roseren